Eperviers locaux: Jean Paul Abalo dans les pas de Claude Leroy?

La sélection locale du Togo est un peu la photocopie de la sélection nationale fanion du pays. Le véritable metteur en scène de ce feuilleton n’est autre que Claude Leroy. L’ombre du technicien français plane sur le football togolais en général. Il s’impose à tous les niveaux même dans des sélections qui sont confiées à d’autres entraineurs qui sont presque contraints de faire le travail comme le voudrait Français et on est tenté de dire que le sorcier blanc oblige tout le monde à marcher dans ses pas en donnant des ordres. Et Jean Paul Abalo n’est pas du tout épargné.

Le retour attendu du fils du pays

 

Au pays, on attendait beaucoup l’ex capitaine de la sélection nationale Jean Paul Dosseh Yaovi Abalo après sa formation d’entraineur en France. Il est finalement arrivé en qualité d’entraineur et les Togolais avaient à coeur de le voir donner des ordres en tant que sélectionneur à la tête d’une formation du Togo quelle que soit la catégorie. C’est désormais chose faite depuis que l’ancien défenseur d’Amiens est nommé sélectionneur adjoint de Claude Leroy. Mais la question qui se pose est de savoir le véritable statut de Jean Paul dans le staff des Eperviers.

Jean Paul Abalo nommé pour la forme?

Ce qui intrigue les observateurs du sport roi togolais est qu’ils n’ont presque jamais vu Abalo dans son rôle de sélectionneur adjoint du Togo. En signant au Togo, Claude Leroy a insisté pour que Sébastien Migné soit son adjoint. Cela a été fait et Abalo est aussi là comme second entraineur adjoint. Cependant, lorsque Migné a fait ses valises pour atterrir chez les Diables Rouges du Congo Brazzaville, le consultant  de Canal+ aurait pu continuer le travail au sein de la sélection togolaise avec Jean Paul Abalo mais il a encore réussir à pousser les responsables du football togolais à faire signer Julien Chevalier. Dans tout cela, quel est alors le rôle que joue Jean Paul Abalo dans ce staff des Eperviers? On dirait qu’il est là en observateur et qu’il n’attend qu’une aubaine pour se mettre en action.

Enfin une responsabilité à assumer

Lors du dernier tournoi de l’Union Economique Ouest Africain (UEMOA) qui s’est déroulé au Togo, Sébastien Migné et Jean Paul Abalo ont été à la tête de la sélection togolaise qui a participé à cette épreuve. On s’attendait alors à la mise en exergue de la baguette magique de l’ancien patron de la défense togolaise avec la complicité de Migné mais ce duo n’a rien offert de potable puisque le Togo s’est fait battre au cours des trois matchs de poule de cette compétition au grand désarroi du public sportif togolais. Pour confirmer la compétence ou non de Jean Paul Abalo à la tête d’une sélection, le Français s’est mis à l’écart pour ‘’laisser la main libre’’ au Togolais. C’est ainsi que pour les éliminatoires du Chan 2018 de football, Abalo a véritablement été retrouvé dans le rôle que les Togolais voulaient le voir jouer. Celui d’être l’entraineur titulaire d’une sélection du Togo. En réalité, cette mission aussi est en train de mal se passer puisque les poulains de Jean Paul Abalo ont perdu deux matchs amicaux internationaux avant de se faire accrocher à domicile par les Béninois 1-1 pour le compte de la manche aller des éliminatoires du Chan 2018. Par quoi peut-on expliquer cette mauvaise prestation d’Abalo? Son incompétence ou plutôt l’influence de son ‘’patron’’ Claude Leroy?

Les choix approximatifs

 

Pour ce qui concerne les choix de Jean Paul, il y a forcément des choses à revoir. Puisque les multiples séances de détections de joueurs n’ont pas servi à grandes choses, nos sélectionneurs sont encore là aujourd’hui à nous sortir des sélections à faire vomir. Pour cette sélection locale du Togo, plusieurs  joueurs n’ont pas évolué dans leurs registres habituels. C’est le cas par exemple de Novon Efoé qui a été placé dans la récupération alors que c’est un véritable meneur de jeu qui évolue souvent dans son club juste derrière les attaquants. On peut aussi parler de Gazozo Kokou qui joue souvent comme milieu offensif mais que nous avons retrouvé dans un positionnement défensif (lors d’une séance d’entrainement) sans oublier Mawuena connu en tant qu’attaquant et transformé en defenseur central. En dehors de tout ceci, on ne peut pas comprendre pourquoi on laisse sur le carreau les buteurs de la D2 alors qu’on est en quête de but pour évoluer dans les compétitions. On pouvait également faire appel à des joueurs comme Tchatakora Semiou, Kloukpo Kokou et pourquoi pas Mani Sapol pour avoir un effectif plus coriace. On préfère faire confiance aux noms (Agoro Ashraf, Kouloun Maklibe) qui n’ont rien apporté à cette sélection locale.

Maintenant, la sélection locale du Togo est dos au mur et on attend la réaction de Jean Paul Abalo pour le match retour des éliminatoires du Chan qui a lieu dans quelques jours. Il convient d’avouer pour le moment que la copie que rend Abalo n’est pas encore propre. Et pourtant, il y a des joueurs capables de faire l’affaire au pays mais on a comme impression que Claude Leroy et ses adjoints n’en font qu’à leur tête alors que le football national vacille. Le plus surprenant, dans tout ceci, c’est le mutisme que fait régner les premiers responsables de ce football. Lorsque les plumes se lèvent c’est que ça sent mauvais, et quand ça commence à critiquer, c’est que la pourriture s’accentue.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *