Jamaïque : L’athlète Nesta Carter face au Tribunal Arbitral du Sport

 

Les sportifs du monde arrivent à décrocher des titres au terme de leurs différentes performances. Certains y parviennent légalement et d’autres le font de manière déloyale. D’autres encore y parviennent mais ont les trichent sur la fin par certaines décisions. C’est le cas de Nesta Caster de l’équipe d’athlétisme de la Jamaïque qui fait appel par rapport à un contrôle positif en 2008.

En effet, un appel au sujet du titre olympique de 2008 retiré à Usain Bolt et à l’équipe de relais jamaïcaine se retrouvera devant les tribunaux en novembre prochain. C’est l’instance qualifiée pour mener les enquêtes qui n’est autre que le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) qui a révélé que le sprinter Nesta Carter contestera sa disqualification par le Comité International Olympique, le 15 novembre 2017. Un verdict est prévu quelques semaines plus tard concernant cette affaire de l’équipe de Usain Bolt qui est l’homme le plus rapide du monde.

En effet, Carter a été testé positif l’année dernière pour usage de la méthylhexaneamine, un stimulant interdit dans le cadre de la réanalyse d’un échantillon d’urine des Jeux de Pékin en 2008. Carter et Bolt étaient des coéquipiers au sein du relais 4 x 100 mètres, qui a remporté la course avec un chrono record de 37,10 secondes. Carter avait couru le premier relais et Bolt le troisième au sein d’une équipe Jamaïcaine complétée par Michael Frater et Asafa Powell. La disqualification de Carter et du relais jamaïcain est survenue en janvier, gâchant la fiche parfaite de Bolt du triplé de médailles d’or en 100m, 200m et 4x100m  lors de trois Jeux olympiques consécutifs de 2008 à 2016. Carter a également fait équipe avec Bolt lors des trois victoires consécutives du relais aux championnats du monde, de 2011 à 2015. Ils étaient également coéquipiers lorsque la Jamaïque a réalisé un autre record mondial au 4 x 100m en 2012 aux Jeux olympiques, en 36,84.

L’équipe juridique de Carter pourrait demander à Bolt de comparaître comme témoin à l’audience, qui se tiendra vraisemblablement à Lausanne, en Suisse, la ville d’accueil du TAS et du CIO. Des douzaines d’athlètes ont subi des contrôles positifs dans le cadre du programme de réanalyse commandé par le CIO en ayant recours à de nouveaux tests plus précis sur les échantillons stockés depuis les Jeux olympiques de Pékin en 2008 et de Londres en 2012. La plupart des plus de 110 cas impliquaient des stéroïdes et des athlètes des anciennes républiques soviétiques. Le cas de Carter était le seul qui concernait la Jamaïque qui regorge de coureurs assez rapides et talentueux qui mettent d’accord les pairs dans cette discipline.
 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *