Togo : Il y a 8 ans, l’attaque de Cabinda contre les Eperviers

Cet après-midi du 8 janvier 2010 les Togolais ont été frappés de stupeur. Le bus à bord duquel se trouvaient les Eperviers du Togo, venait d’être mitraillé par les rebelles du Front de Libération de l’enclave de Cabinda (FLEC). Huit (8) ans après, l’on se rumine toujours ces moments d’intenses émotions.

Ce jour-là, Stan O’Cloo, le chargé à la communication de l’équipe et Amélété Abalo, l’entraîneur adjoint, y ont laissé leur vie. Le gardien Kodjovi Obilalé qui a reçu deux balles est rapidement évacué en Afrique du Sud où il a réussi à etre sauvé.

Cette attaque a été revendiquée par le Front de libération de l’enclave de Cabinda (FLEC), qui milite depuis 1975 pour l’indépendance de cette bande de terre enclavée entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Congo-Brazzaville.

Un drame que Obilalé Kodjovi a résumé en une phrase : « Un destin foudroyé ». Titre de son roman qui revient sur cet événement triste de l’histoire du football togolais.

8 ans après les proches des victimes continuent de se poser des questions et demander que justice soit faite.

Avec le recul, certains voudraient aussi que certaines erreurs ne se reproduisent plus. Dans l’organisations des déplacements pour les compétitions, les premières autorités sportives du Togo doivent mettre tout en place pour garantir le mieux être des représentants du pays.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *