Togo/Interview exclusive : Bodzroma Jean, « Je ferai le maximum pour le maillot du Togo »

 

Bodzroma Jean est un nom qui revient très souvent ces derniers temps dans les médias au Togo. L’attaquant des Hirondelles de Kégué fait parler le public sportif togolais et la presse sportive de ce pays. La raison est toute simple, il réalise de gros exploits ces temps-ci. Pour en savoir plus sur le nommé Bodzroma Kokouvi Jean Mawuena, votre site le www.radiosportfmtg.com est allé à sa rencontre. Alors, le jeune attaquant né le 08 mars 1995, nous parle de sa carrière, ses ambitions en tant que footballeur et son centre Swallows dans une interview exclusive que nous vous invitons à lire.

www.radiosportfmtg.com : Bodzoma Jean bonjour et merci de nous accepter pour parler football.

Bodzroma Jean : Bonjour monsieur, c’est un réel plaisir pour moi.

RSFT : Parlant de ton actualité, tu as disputé et perdu avec Swallows (0-2) contre la JCA, la finale du tournoi trophée sport fm, édition 2018 samedi dernier. Que dire de cette finale ?

BJ : Cette finale, je pense que j’ai bien envie de vite l’oublier pour me concentrer sur ce qui se trouve devant. Dans la vie, ce que nous avons déjà fait, est derrière nous. Tout en ayant un oeil dans le rétroviseur pour ne plus commettre les erreurs du passé, on doit quand même avancer car, c’est ce qu’il nous reste à faire, qui importe le plus dans notre vie de chaque jour à mon avis.

RSFT : Aujourd’hui tu évolues avec le Centre Swallows qui te met en vitrine. Parle-nous de comment ton aventure dans le football a démarré.

BJ : Comme la majorité des jeunes Africains, j’ai amorcé la pratique du football dans les rues. Je tapais dans des ballons de fortune avec les amis de mon âge à l’époque. Au départ, on le faisait dans la pure inconscience totale mais avec le temps, le sérieux a pris le dessus sur l’amusement. C’est ainsi que j’ai intégré les clubs des jeunes du quartier afin de mieux mettre en évidence le potentiel que j’ai. J’ai participé à certaines compétitions avec les clubs de quartier au sein desquels j’ai évolué dans le passé.

RSFT : En Afrique, c’est souvent difficile d’avoir l’accord des parents pour s’adonner à une discipline sportive. A ton niveau, quelle a été la réaction de tes parents, lorsque tu as manifesté ton amour pour le cuir rond ?

BJ : Au départ, mes parents ne prenaient pas au sérieux, mon amour pour le football. Cependant, ils ont vite réalisé que quelque de bien se manifestait en moi. C’est partant de là qu’ils m’ont ouvert les portes qu’il faut, afin que je puisse mieux m’exprimer et exposer mon talent. Après, ils ont tout simplement été surpris par tout ce que je fais car, en réalité, ils n’y croyaient pas trop. Aujourd’hui, je dois avouer que j’ai tout le soutien de mes parents.

 

RSFT : De la rue, le football t’a amené vers une académie pour une meilleure formation. Comment en es-tu arrivé là ?

BJ : Je suis arrivé à Swallows avec la création du centre. On était les premiers élèves du centre qui a beaucoup d’ambition concernant la carrière de chacun de nous. J’ai donc commencé ma formation, alors que j’étais encore très jeune. On associe le football aux études pour une formation complète. Nous sommes dans l’obligation de beaucoup travailler à l’entrainement et à l’école car, nous avons un objectif à atteindre dans chaque domaine. C’est la raison pour laquelle nous nous battons toujours pour réussir dans tout ce que nous entreprenons.

RSFT : La saison passée tu as effectué quelques apparitions en deuxième division avec Entente II de Lomé. Parle-nous un peu de ton aventure avec le club entrainé par Amegnito Akoété.

BJ : J’ai intégré l’effectif de l’Entente II de Lomé au terme de la première phase du championnat national de football de deuxième division dans la zone sud. Ce qui m’a le plus impressionné sur la seconde phase du championnat, c’est que le coach (ndlr : Amegnito Akoete) m’a fait confiance pour le premier match de la phase retour du championnat. Ce jour, j’ai marqué un but et j’ai délivré une passe décisive. Dans l’ensemble, je pense que j’ai passé une belle période avec l’Entente II de Lomé. A la fin du championnat, nous avons terminé à la 2e position du classement dans la zone sud derrière Gbohloe-Su des Lacs qui a remporté le titre en seconde division et monte donc dans la division d’élite du Togo.

RSFT : Cette année, tu réalises assez de prouesses dont parlent beaucoup de personnes. C’est quoi le secret de toute cette réussite que tu connais, et comment tu vis tout cela ?

BJ : Cette année, les choses vont très vite de mon côté et je remercie tous ceux qui travaillent avec moi car c’est grâce à eux que j’y arrive. Lors du tournoi des centres de formations, organisé par Radio Sport FM, j’ai remporté le titre de meilleur buteur. Après cette compétition, j’ai été convoqué pour prendre part au dernier stage de la sélection locale du Togo. Après quelques jours d’entrainement avec le groupe des locaux, j’ai reçu l’invitation du sélectionneur national des Eperviers pour m’entrainer avec l’équipe A du Togo. Après quelques séances avec le groupe des Eperviers, j’ai été retenu parmi les 18 joueurs pour prendre part au match de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2019, contre le Bénin à Lomé. C’est ainsi que j’ai fêté ma première sélection avec l’équipe nationale du Togo, et j’en suis vraiment content.

RSFT : A 23 ans, tu comptes une sélection chez les Eperviers, alors que tu évolues encore avec un centre de formation. Comment as-tu vécu ces moments en équipe nationale où tu as côtoyé les grands noms du football togolais ?

BJ : Cette première sélection représente beaucoup de choses pour moi. D’abord, elle sonne comme un défi à relever car ce n’est que le début comme on le dit souvent. Comme tout le monde n’est pas appelé en sélection, je pense que je vais donner le meilleur pour une prochaine sélection afin de montrer tout ce que je peux apporter à mon pays, en tant que citoyen togolais, et en tant que footballeur. Cette convocation est la preuve que le staff de l’équipe nationale a les yeux rivés sur ce que produisent les jeunes footballeurs du Togo, même dans les centres de formation. Alors, je pense que je ferai le maximum pour le maillot de ce pays que j’aime tant.

RSFT : Nous sommes à une semaine du début de la saison sportive 2018-2019 au Togo. Que peut-on dire de ton avenir avec le Centre Swallows ?

BJ : Parlant de mon avenir avec Swallows, je pense que je suis toujours là. C’est un centre qui nous a apporté beaucoup de choses, que ce soit sur le plan footballistique, social ou même éducatif, alors, on doit lui rendre cela, en réussissant notre carrière et notre vie. Ainsi, la première chose que nous puissions faire, c’est de réussir dans la vie et dans le football pour faire mieux connaitre ce centre au-delà des frontières. En plus, il ne faut surtout pas oublier nos jeunes frères qui sont là et marchent dans nos pas au sein de cette école qu’est Swallows. En tant que footballeur, notre mission est réussir notre carrière. J’en ai conscience personnellement et je travaille pour car, le plus important est de porter haut le nom du pays en tant joueur.

RSFT : Quel est ce joueur dont tu t’inspires le plus, et à qui tu veux ressembler dans ta carrière ?

BJ : Mon idole dans le football a pour nom, Cristiano Ronaldo. C’est un joueur que j’admire et que j’affectionne énormément car, c’est un monsieur qui fait preuve de courage et de détermination, quelle que soit la situation qui se présente à lui en tant que joueur. Il a un mental de gagneur qui lui permet de toujours trouver la solution, lorsque la situation semble compliquée. Avec cette mentalité, on ne peut pas faire bon ménage avec la défaite ou les contre-performances. Sachant que pour arriver là, il faut beaucoup de travail, je dois avouer que se battre pour réussir doit être ma devise.

RSFT : Que fait Bodzroma Jean, lorsqu’il n’est pas sur un terrain de football ?

BJ : Je passe plus de temps sur les terrains car je suis toujours à la recherche d’une meilleure condition physique pour tenir lors des rencontres, quelle que soit leur intensité. Cependant, lorsque je ne suis pas à l’entrainement, je m’adonne aux jeux-vidéo ou je regarde les matchs de foot à la télévision. Pour me détendre, je fais souvent la lecture. Voilà un peu ce que je fais en dehors d’un terrain de football.

RSFT : Bodzroma Jean, merci de nous avoir donné ton accord pour la réalisation de cette interview.

BJ : C’est à moi de vous dire merci pour le travail que vous abattez à Radio Sport FM et sur le site www.radiosportfmtg.com, afin que le sport en général et le football en particulier puisse progresser au Togo.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *