Togo/Interview Woedikou Mafille : La joueuse d’Athleta FC de Lomé nous livre tout sur sa carrière

 

L’actuelle meilleure réalisatrice du championnat féminin du Togo a pour nom, Woedikou Mafille. La joueuse d’Athleta FC de Lomé fait l’unanimité au Togo par rapport à la grande forme qu’elle affiche en championnat cette saison. Afin de vous servir le début de cette belle aventure qui se poursuit aujourd’hui, votre site le www.radiosportfmtg.com est allé à la rencontre de la numéro 11 de la sélection nationale féminine du Togo. Elle nous parle de son enfance, son amour pour le football, ses études, ses préférences dans la vie et ses ambitions dans le football. Lecture !

www.radiosportfmtg.com : Woedikou Mafille bonjour et merci de recevoir le www.radiosportfmtg.com chez toi.

Woedikou Mafille : Bonjour monsieur le journaliste. C’est un réel plaisir pour moi de vous recevoir chez moi pour parler football.

RSFT : Les lecteurs de notre site désirent mieux te connaitre. Alors, décline-nous ton identité à l’état civil.

WM : A l’état civil, je me nomme Woedikou Afi Apeafa.  Mais je suis plus connue sous le nom de Mafille. C’est le petit nom que mon papa m’a donné depuis mon enfance.

RSFT : Justement, pourquoi le papa t’appelait Mafille ?

WM : Avant ma venue au monde, mes parents n’avaient pas encore donné naissance à une fille. A ma naissance, ils étaient tellement fiers que le papa a décidé de m’appeler Mafille. Au fait, j’étais un peu l’objet de tout leur désire. Voilà pourquoi il m’appelle Mafille.

RSFT : D’accord, pour la suite de l’interview, comment veux-tu que je t’appelle ? Afi, Apeafa ou Mafille ?

WM : Je préfère que tu m’appelles Mafille car, je suis plus habituée à ce prénom et c’est celui par lequel beaucoup de mes connaissances m’appellent. D’ailleurs, c’est plus usuel je pense.

RSFT : Alors dis-moi comment tu t’es retrouvé dans le football. 

WM : Le football est une discipline sportive dont je suis tombé amoureuse et que je pratique depuis mon enfance. A l’époque, je jouais parmi les garçons et j’adorais faire cela.

RSFT : Justement, en tant que fille (d’ailleurs la seule et la benjamine de tes parents), quelle était la réaction de ces derniers quand tu partais jouer au football parmi les garçons ?

WM : Mon papa n’y trouvait pas d’inconvénients mais ma maman était farouchement contre cela. Quand elle apprend que j’ai touché au football, c’est la guerre qui m’attend à la maison quand je rentre. Arrivée à la maison, maman me battait correctement. Pour éviter les coups de baton, parfois je me lavais les pieds avant de franchir le seuil du portail de notre maison. Franchement ce n’était pas du tout facile pour moi, mais je me suis accrochée au football jusqu’aujourd’hui.

RSFT : Avant, c’était la petite Mafille de maman. Aujourd’hui, quand maman te regarde avec ton statut de joueuse internationale togolaise et tout ce que tu fais pour le football féminin au Togo, elle te dis quoi concrètement ?

WM : Aujourd’hui, elle est devant le fait accompli. Donc elle comprend que j’avais raison de m’accrocher à la pratique du football. Maintenant, j’ai tout le soutien de maman et cela me donne plus de motivation pour continuer à travailler beaucoup, afin de réaliser mon plus grand rêve dans ma carrière.

RSFT : Parle-nous un peu de ton parcours, de l’époque où tu te cachais pour jouer jusqu’à ton arrivée à Athleta de Lomé.

 

WM : Avant l’année 2005, la pratique du football était un fruit défendu pour moi mais je jouais quand même car, jai toujours été hantée par cette folle envie de taper dans le cuir rond. Donc, je jouais seulement dans la rue avec les garçons. C’est ainsi qu’en 2005, j’ai intégré un club masculin qui se nomme Bamudas FC. J’ai pris la décision de ne plus me cacher pour jouer car, je me suis dis que quand la pratique du football rimait avec la punition de maman après les matchs. Donc, cela ne me dérangeait plus d’être battue après avoir joué au football. En plus, j’avais le soutien de certains qui me disaient qu’il y avait des clubs féminins à Lomé. Donc j’ai décidé d’intégrer l’un d’entre eux. C’est ainsi que j’ai fais la découverte du club d’Esperanza FC en 2009. C’est donc avec cette équipe que j’ai commencé à jouer des matchs, juste entre filles. Avec cette équipe, j’ai livré des matchs qui m’ont permis d’exposer mon talent. C’est ainsi que j’ai intégré Athleta FC de Lomé en 2012 et j’y suis jusqu’alors.

RSFT : Apparemment ton enfance a été comblée par la pratique du football qui était un peu ta priorité. Qu’en est-il des études ?

WM : Au fait, je conciliais football et études. Je me réveillais à 3h du matin pour apprendre mes leçons car je suis consciente du fait que je dois réussir à la fin de l’année. Si tel n’est pas le cas, maman ne va pas me pardonner un seul faux pas à l’école à cause de mon amour pour le football. Elle dira que c’est à cause du cuir rond que j’ai échoué. Donc j’étais bien organisée pour réussir dans les études, tout en pratiquant mon sport préféré.

RSFT : On peut avoir une idée sur le niveau d’étude de Mafille ?

WM : Après mon BAC, je me suis inscrite à la FASEG à l’université de Lomé. Sauf qu’après deux ans d’études universitaires, j’ai mis mes études entre parenthèses pour le moment.

 

RSFT : Comment et quand s’est fait ton entrée dans la sélection des Eperviers Dames du Togo ?

WM : Par mes performances antérieures avec Athleta de Lomé, j’ai tapé dans l’œil de la sélectionneur nationale madame Kayi Tomety qui m’a sélectionné en équipe nationale pour le Tournoi UFOA B des Dames en Côte d’ivoire.

RSFT : Comment as-tu vécu cette aventure en Côte d’ivoire ?

WM : Ce genre de rendez-vous sont toujours le lieu de plusieurs rencontres et d’échanges avec les gens qui partagent la même passion qui t’anime. C’est une expérience qui m’a donné la chance de faire certaines comparaisons et surtout de grandir dans la tête.

RSFT : Après les études, si tu n’étais pas footballeur, quelle profession devrais-tu embrasser ?

WM : Comme une femme, j’aime le football mais en dehors de ce sport, j’ai également du goût pour le commerce. En plus, j’aime les voyages. Donc, si je n’étais pas joueuse de football, je serai commerçante. Comme cela, je pourrai voyager à travers le monde pour acheter les articles que je viendrai vendre au Togo.

 

RSFT : Quelles sont les ambitions de Mafille cette saison en championnat avec le club Athleta FC de Lomé ?

WM : L’objectif premier cette saison avec le club, c’est le titre en fin de saison. Donc nous nous battons chaque jour pour donner le meilleur de nous-même sur les terrains afin d’atteindre notre objectif. Au niveau individuel, je voudrais bien finir meilleure réalisatrice et meilleure joueuse du championnat en cours.

RSFT : Quel est le plus grand rêve de Woedikou Mafille en tant que joueuse de football ?

WM : Mon plus grand rêve, c’est de trouver un club professionnel et faire une carrière au haut niveau. Que les choses aillent dans le bon sens afin que je puisse faire une belle carrière qui puisse faire de moi, une véritable star du football au niveau féminin.

RSFT : Que fais Woedikou Mafille de ses heures creuses ?

WM : Si je ne suis pas au cours, je suis au stade. Si je ne fais rien de tout cela, je reste à la maison pour me reposer et écouter de la bonne musique.

RSFT : Alors, parlant de musique, quel genre aimes-tu écouter ?

WM : Moi j’aime bien le gospel. J’ai aussi du goût pour le slow.

RSFT : Quel est le plat préféré de Mafille ?

WM : Ohhh… Moi je n’ai pas de plat préféré. Je mange tout ce qui ne me pose pas de problème.

RSFT : La boisson préféré de Woedikou, c’est laquelle ?

WM : J’aime bien les boissons sucrées sans alcool surtout les cocktails de fruits.

RSFT : Alors, l’internationale Woedikou Mafille est-elle un coeur à prendre ?

WM : Hummm… Vous les journalistes lààà (rire)… Je préfère qu’on ne parle pas de cela car chacun a un petit secret. Considéré cela comme étant mon petit secret à moi.

RSFT : Qui est l’idole de Mafille dans le football ?

WM : Je prends beaucoup de plaisir à regarder jouer Emmanuel Adebayor et Cristiano Ronaldo. Ce sont les deux stars que j’aime le plus.

RSFT : En tant que fille qui pratique le football, quel conseil peux-tu donner à celles qui veulent se lancer dans le football comme toi ?

WM : Je dois d’abord leur dire qu’elles ne doivent pas laisser quelqu’un leur faire comprendre qu’elles ne peuvent pas réussir. Elles doivent croire en leur rêve et travailler doublement pour y arriver. Elle doivent beaucoup travailler pour y arriver car le travail bien fait, paie toujours.

RSFT : Woedikou Afi Apeafa Mafille, nous sommes arrivés au terme de notre entretien. Merci de nous avoir accepté chez toi pour cette interview. Merci beaucoup et bonne chance pour la suite de ta carrière.

WM : Merci à vous aussi pour tout ce que vous faites pour la promotion du sport dans notre pays. Franchement c’était un plaisir. Encore une fois merci aussi.

Togo/Championnat féminin : Woedikou Sabine Mafille : La foudre d’Athléta FC de Lomé

 

 

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. David simple Agbogbodo dit :

    Congratulations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *